TERRORISME - Lors du procès de l'attentat raté aux bonbonnes de gaz près de Notre-Dame en septembre 2016, 25 et 30 ans de prison ont été requis contre les deux principales accusées Ornella Gilligmann et Inès Madani. La réclusion à perpétuité a été requise Rachid Kassim, le commanditaire présumé mort en Syrie.
Procès de l'attentat raté de Notre-Dame : jusqu'à 30 ans de prison requis contre les deux principales accusées

Elles sont "le visage du djihad au féminin". Les mots de l'avocat générale donne le ton. Des peines de 25 et 30 ans de réclusion criminelle ont été requises ce jeudi 10 octobre respectivement contre Ornella Gilligmann et Inès Madani, jugées devant la cour d'assises spéciale de Paris pour l'attentat raté aux bonbonnes de gaz dans un véhicule stationné près de la cathédrale Notre-Dame en septembre 2016. Ces deux femmes et leurs deux co-accusées ont été "le bras armé" du groupe État islamique et ont montré "une détermination sans faille", a poursuivi la magistrate, qui souhaite garder l'anonymat. Les peines de réclusion requises contre Ornella Gilligmann et Inès Madani sont assorties d'une période de sûreté des deux tiers. 

"Le seul élément" qui a conduit le parquet à ne pas requérir la réclusion criminelle à perpétuité contre Inès Madani "est son âge au moment des faits", a expliqué l'avocat (...)

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !