Le prix Nobel d'économie a été décerné ce lundi 11 octobre au Canadien David Card, connu pour ses travaux effectués depuis les années 1990 sur le salaire minimum, ainsi qu'à deux économistes américains spécialistes des études d'observation. « Marianne » a analysé de cette récompense tardive avec Thomas Breda, économiste spécialiste du travail et directeur du programme Emploi à l'Institut des politiques publiques (IPP).
Prix Nobel d’économie : "David Card va à l’encontre des théories néolibérales"

Un triomphe à retardement. Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques, souvent surnommé « prix Nobel d’économie », a été décerné ce lundi 11 octobre au Canadien David Card, un spécialiste du travail connu pour ses travaux sur le salaire minimum et l’immigration. Ses résultats avaient rencontré un large écho à partir des années 1990, notamment pour avoir montré « qu’augmenter le salaire minimum ne détruit pas nécessairement des emplois » , comme l’indique l’annonce officielle.À ses côtés figurent deux autres lauréats : les économistes américains Joshua D. Angrist et Guido W. Imbens, qui ont connu la notoriété à la même époque pour leurs avancées en matière de techniques d’études. Ils ont ainsi perfectionné la méthode des « expériences naturelles », qui permet de mesurer l’effet d’un changement à partir d’une situation réelle, mais dont les conditions s’approchent d’une expérience créée en laboratoire. C’est justement ce procédé qu’a utilisé David Card : il a par exemple comparé deux régions similaires des États-Unis, au moment où une seule d’entre elles augmentait son salaire minimum.Comment s’explique leur couronnement tardif, près de trente ans après la publication de...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >