COUP DE POUCE - L'exécutif propose, sous conditions de ressources, un crédit d'impôt de 50 euros maximum pour un premier abonnement à un journal d'information politique et générale. Une façon de soutenir une filière en grande difficulté économique.
Presse écrite : le gouvernement souhaite instaurer un crédit d'impôt de 50 euros pour s'abonner

Déjà fragilisée par une crise qu'elle traverse depuis des années, la presse écrite sort exsangue de la crise sanitaire. D'autant que la faillite du distributeur Presstalis a fait perdre de l'argent à de nombreux titres. Par exemple, Le Parisien estime sa perte à 5 millions d'euros et Le Monde à 13 millions euros. Par ailleurs, le titre régional Paris-Normandie a été placé en redressement judiciaire et repris par un groupe belge qui va licencier un quart des effectifs.

Pour soutenir la filière, l’exécutif propose aux "ménages les moins aisés" un crédit d'impôt d'un maximum de 50 euros pour un premier abonnement à un titre de presse d'information politique et générale, selon un amendement au  troisième projet de loi de finances rectificative pour 2020 qui sera examiné à partir de lundi 29 juin à l'Assemblée nationale.  Quelles modalités ? Le montant : le crédit d'impôt serait égal à 50 % des dépenses (...)

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !