Le spécialiste de droit constitutionnel, Kais Saied, est donné vainqueur de la présidentielle tunisienne avec plus de 30 points d'avance sur l'homme d'affaires Nabil Karoui, selon un premier sondage sortie des urnes dimanche, déclenchant des scènes de joie de ses partisans à Tunis.

Le spécialiste de droit constitutionnel, Kais Saied, est donné vainqueur de la présidentielle tunisienne avec plus de 30 points d'avance sur l'homme d'affaires Nabil Karoui, selon un premier sondage sortie des urnes dimanche, déclenchant des scènes de joie de ses partisans à Tunis.

D'après l'institut de sondage Emrhod, M. Saied, 61 ans, a obtenu 72,5% des suffrages, contre 27,5% seulement à son adversaire, M. Karoui, un homme d'affaires controversé.

La publication de ce sondage, massivement repris et commenté en Tunisie, est intervenue une heure environ après la fermeture des bureaux de vote, à 18H00 locales (17H00 GMT).

Aucun résultat officiel n'est attendu avant lundi, et aucun responsable des deux camps n'a voulu s'exprimer.

L'équipe de M. Saied préparait des festivités dans un hôtel du centre de Tunis, et des dizaines de ses partisans se sont rassemblés dans la ferveur au pied de son local de campagne.

"Le peuple veut Kais Saied", "vive la Tunisie", s'époumonait la foule, entonnant l'hymne nationale et des slogans en faveur du candidat, tandis que des klaxons et feux d'artifice résonnaient.

M. Saied, un juriste connu pour son conservatisme sociétal mais aux intentions encore floues, est arrivé en tête du premier tour le 15 septembre, avec 18,4%, après une campagne low cost constituée de multiples visites de terrain et de pages animées par des partisans sur Facebook.

Son adversaire, fondateur de la chaîne privée Nessma TV, avait obtenu 15,6%, depuis sa cellule de prison. Arrêté fin août sur des accusations de fraude fiscale, il a obtenu sa remise en liberté mercredi soir seulement,à quelques jours du second tour, et demeure poursuivi.

Quelque sept millions de Tunisiens étaient appelés aux urnes pour élire leur nouveau président de manière démocratique, pour la deuxième fois seulement depuis la révolution de 2011.

Selon l'instance électorale, la participation devrait être en hausse par rapport au premier tour, où moins d'un électeur sur deux avait voté (49%).

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !