Le champion du monde Hugo Lloris raconte dans «L'Equipe» vendredi ses souvenirs de la finale de la Coupe du monde.

Dans les colonnes de «L’Equipe» vendredi, le capitaine des Bleus revient..

Le champion du monde Hugo Lloris raconte dans «L'Equipe» vendredi ses souvenirs de la finale de la Coupe du monde.

Dans les colonnes de «L’Equipe» vendredi, le capitaine des Bleus revient sur son sacre de champion du monde à Moscou, il y a bientôt un mois et demi. Le gardien a été le premier à soulever le trophée. «Quand on reçoit la coupe, on ressent le poids de l’histoire », raconte-t-il dans ce long entretien. «On ressent aussi de la reconnaissance : si je soulève la coupe, je le dois à mes coéquipiers. C'est une reconnaissance à vie, et c’est beau».

Lire aussi :Hugo Lloris, le presque parfait

Publicité
Après le tour d’honneur et les photos, Hugo Lloris raconte qu’il n’a pas pu rentrer au vestiaire comme ses coéquipiers. « Quand je rentre au vestiaire, on m’intercepte, avec N’Golo Kanté, pour le contrôle antidopage. Ce n’est pas forcément ce dont on avait envie à ce moment-là», poursuit le joueur de 31 ans qui se souvient d’un moment toutefois «sympa, parce que "Suba" (Danijel Subasic) est venu à la porte discuter, "Lolo"(Koscielny) (invité par le chef de l'Etat avec Dimitri Payet, Ndlr) aussi».

"Quand je suis arrivé dans le vestiaire, c’était un peu plus calme qu’avant"

«Mais on est restés quarante cinq minutes, alors on a raté la visite du président de la République et beaucoup de choses. Quand je suis arrivé dans le vestiaire, c’était un peu plus calme qu’avant», sourit-il.

Dans cet entretien, le gardien de... > Lire la suite sur Paris Match Actu

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité