Devant l'urgence absolue qu'est la lutte contre le changement climatique, il est essentiel de définir la stratégie pour atteindre la neutralité carbone en 2050. A l'heure où la France entre en campagne présidentielle, ce débat qui engage l'avenir de la planète, la compétitivité et la souveraineté est crucial.
Pour un débat éclairé sur notre mix énergétique

Editorial du « Monde ». Le constat tiré par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans son rapport annuel publié mercredi 13 octobre est implacable. La trajectoire permettant de contenir le réchauffement climatique à 1,5 °C, comme le préconise l’accord de Paris de 2015, reste encore largement hors de portée. Si la transition énergétique vers la neutralité carbone en 2050 est effectivement amorcée, son rythme reste très insuffisant pour atteindre les objectifs que s’est fixés la communauté internationale.

A deux semaines de l’ouverture de la conférence de Glasgow sur les changements climatiques, la COP26, les conclusions du World Energy Outlook de l’AIE sonne comme un énième signal d’alarme sur la lenteur d’un processus dont la nécessité n’a d’égale que sa complexité. Si la réduction des émissions de CO2 fait désormais consensus, les modalités pour y parvenir restent à définir, y compris en France. Il s’agit de déterminer quel mix énergétique permettra de mener la transition la plus efficace pour répondre à l’urgence absolue qu’est la lutte contre le changement climatique.

Les travaux de l’AIE...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >