"C'est toute l'économie locale, l'école, les services publics, qui vont être impactés", se désespère Paul Le Bihan. Pour l'élu des Côtes-d'Armor, les suppressions d'emploi n'ont aucune justification industrielle.
Plan social chez Nokia : "C'est vraiment une trahison", estime le maire de Lannion, où plus de 400 postes sont menacés

"C'est vraiment une trahison", a réagi mercredi 8 juillet sur franceinfo Paul Le Bihan, maire PS de Lannion, dans les Côtes-d'Armor, alors que plusieurs milliers de salariés de Nokia, dont une bonne partie venus de la ville bretonne, ont défilé à Paris contre la suppression de 1 233 emplois en France, dont plus de 400 au centre de recherche de Lannion.

franceinfo : Partagez-vous le sentiment de trahison, de dégoût, des salariés qui manifestaient aujourd'hui ?

Paul Le Bihan : Tout à fait. C'est un sentiment de trahison, de cynisme d'une entreprise qui a pris des engagements et qui, à peine la date passée, s'assied sur ses engagements. C'est vraiment une trahison. On y a cru, tous, les salariés bien sûr, mais les collectivités locales aussi, quand on a rencontré les dirigeants de Nokia, pas plus tard qu'il y a deux ans, pour l'inauguration du site.

Il y a eu des aides de l'Etat, de la région, de la commune pour ce centre de recherche flambant neuf ?

Nokia bénéficie du crédit impôt recherche, qui finance 30% de la masse salariale. La communauté d'agglomération avait racheté la moitié du site de Lannion, pour pouvoir leur permettre de réorganiser le site et...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !