A droite comme à gauche, même si on reconnaît une situation qui demande de la retenue, la gestion de l'épidémie de coronavirus soulève de plus en plus de critiques.
Plaintes contre le gouvernement et critiques de l'opposition : l'unité nationale pour lutter contre le coronavirus s'effrite

C’est une constante dans les interventions d’Emmanuel Macron depuis le début de l’épidémie de coronavirus : l’appel à l’unité nationale. Le président de la République appelle à faire bloc pour surmonter l’épreuve. Il l’a encore appelée de ses vœux lors de son discours devant l’hôpital de Mulhouse, le 25 mars. Mais l’unité nationale, tous derrière l’exécutif, n’est déjà plus une réalité.

Epidémie de coronavirus : suivez toutes les infos dans notre direct

Les oppositions, de droite comme de gauche, disent évidemment soutenir cet effort. Mais plus les jours passent, plus les critiques se font vives, comme si cette unité avait déjà volé en éclat. Plusieurs plaintes ont été déposées contre des membres du gouvernement, Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran. Elles émanent de médecins, de patients et de détenus. Et dans la classe politique, on s’interroge ouvertement sur la stratégie menée depuis le début de l’épidémie.

Un contexte anormal

Le député socialiste Olivier Faure dénonce les pénuries que subit le personnel soignant : "Je prends un exemple, dans mon propre hôpital à Melun-Sénart : aujourd’hui, on...

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !