Pour prévenir les incidents de paiement, la CAF fera, à partir de juin 2020, l'intermédiaire entre le parent devant payer la pension alimentaire et le parent créancier. Ce dispositif pourrait concerner quelque 100 000 familles monoparentales d'ici la mi-2021.

"On ne peut pas faire reposer sur des mères l'incivisme de leurs anciens conjoints", avait martelé Emmanuel Macron, le 25 avril, lors de son allocution de fin du grand débat national. Le gouvernement va proposer aux parents séparés, à partir de juin 2020, de confier aux Caisses d'allocations familiales (CAF) un rôle d'intermédiaire dans le versement de leurs pensions alimentaires. Le but : passer d'un système de recouvrement des impayés à une logique de prévention. A ujourd'hui, entre 30% et 40% des pensions alimentaires sont impayées ou payées de façon irrégulière, selon l'Agence de recouvrement des impayés de pensions alimentaires (Aripa).

"C'est le rôle de l'Etat de garantir à ces familles le juste versement de ce qui leur est dû", a expliqué Christelle Dubos, secrétaire d'Etat chargée des Politiques familiales et de la Lutte contre la pauvreté, qui a présenté ce dispositif, jeudi 19 septembre, à Versailles (Yvelines), en présence de ses collègues de l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, et de la Justice, Nicole Belloubet. Comment va-t-il fonctionner ? Quels changements par rapport à l'ancien système ? Franceinfo fait le point.

Quels sont...

Vidéo : La Française des jeux enclenche officiellement son processus de privatisation