MÉMOIRE - L'Algérie a enterré dimanche les restes de 24 combattants anti-coloniaux remis par la France au carré des "martyrs". Mais Alger attend d'autres gestes de Paris pour apaiser les relations entre les deux pays.
Passé colonial : l'Algérie veut des excuses de la France pour "apaiser le climat"

Ils avaient été fusillés puis décapités. Leurs crânes avaient été gardés comme "trophées de guerre" par les militaires français. L'Algérie a enterré ce dimanche 5 juillet, jour anniversaire de son indépendance, les restes de 24 combattants anti-coloniaux remis par la France. Conservés depuis des décennies dans un musée parisien, les crânes de ces Algériens tués au début de l'occupation française au XIXe siècle ont été inhumés lors d'obsèques solennelles au cimetière d'El Alia, le plus grand du pays. 

Situé dans la banlieue est d'Alger, il abrite le "carré des martyrs de la Révolution algérienne", où reposent l'émir Abdelkader, héros de la première résistance anti-française et les grandes figures de la guerre d'indépendance (1954-1962). Les 24 cercueils ont été mis en terre dans un carré près des tombes des anciens chefs d'Etat, en présence du président Abdelmadjid Tebboune et (...)

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !