Le premier film de Mounia Meddour choisit le chemin de la pure fiction pour revisiter une décennie noire.
« Papicha » : l’étudiante styliste et les islamistes dans l’Algérie des années 1990

CANAL+ - MARDI 7 JUILLET À 21 H 10 - FILM

Papicha colle à l’histoire algérienne comme un sparadrap posé à vif sur une blessure, en un geste maladroit, mais nécessaire. Cette proximité entre le souvenir encore vivace de la décennie noire qu’a traversée le pays il y a à peine un quart de siècle et un présent tumultueux joue d’ailleurs des tours au film.

Mounia Meddour, l’autrice de Papicha, se lance dans ce premier long-métrage avec une énergie qui confine parfois à la frénésie. Le scénario lance une poignée de jeunes femmes, étudiantes à Alger, résidentes de la cité universitaire, dans une course folle, aux premiers jours de la guerre civile qui a ravagé le pays dans les années 1990. Plutôt que de coller à la réalité de l’engrenage, Mounia Meddour choisit le chemin de la pure fiction, concentrant un processus historique long de plusieurs années sur une poignée de semaines.

Au centre du film, il y a Nedjma (Lyna Khoudri), étudiante en français mais surtout aspirante styliste. Avec son amie Wassila, elle écume les boîtes de nuit d’Alger pour y vendre les modèles qu’elle reprend des magazines de mode (on est...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !