Ankara refuse de valider le plan de défense de l'Otan pour les pays baltes notamment et impose ses conditions
OTAN: l'ultimatum lancé par la Turquie

La Turquie ne lâchera rien et compte bien tirer partie des tensions au sein de l’Otan pour obtenir ce qu’elle souhaite. Ainsi, a-t-elle fait savoir vendredi, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, qu’elle s’opposera au plan de défénse de l’Alliance pour les pays baltes et la Pologne, tant que les États membres de l’Otan n’auront pas reconnu comme organisation terroriste la fameuse milice des Unités de protection du peuple (YPG), des rebelles syro-kurdes alliés des Occidentaux dans la guerre au Moyen-Orient contre Daech.

Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’Otan, avait annoncé plus tôt dans la semaine que les objections de la Turquie avaient été levées, mais le chef de la diplomatie turque a précisé vendredi qu’Ankara avait accepté de passer à l’étape suivante sans donner son accord définitif. Le plan de défense des pays baltes et de la Pologne ne sera pas entériné si celui de la Turquie, qui comprend la reconnaissance des YPG en tant qu’organisation terroriste, ne l’est pas lui aussi, a averti Mevlut Cavusoglu, lors d’une visite à Rome. « Les deux plans sont au même niveau (...) et,...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !