Dans le cadre de l'examen du projet de loi bioéthique, la question d'un encadrement des tests ADN pour connaître ses origines est débattue à l'Assemblée nationale. Ils restent interdits en France, mais de nombreux Français en achètent à l'étranger.
"On va aller vers des dérives" : la question des tests ADN généalogiques débattue à l'Assemblée nationale

L’examen du projet de loi de bioéthique se poursuit à l’Assemblée nationale, en deuxième lecture, et devrait se terminer vendredi 31 juillet au soir. En dehors du projet d’ouvrir la procréation médicalement assistée aux femmes seules et aux couples de femmes, une autre mesure devrait faire l’objet de discussions passionnées : la question des tests génétiques. Les députés vont devoir décider s’ils doivent être légalisés et encadrés.

Malgré l'interdiction des tests ADN généalogiques en France, les Français sont de plus en plus nombreux à en acheter via des sociétés étrangères. Isabelle, par exemple, a acheté un test ADN il y a quelques mois sur le site israélien MyHeritage.com, "pour savoir si les origines dont ma famille parlait étaient vraiment mes origines, attestées par l'ADN". Ce genre de test généalogique est appelé "récréatif", c'est-à-dire qu'il n'a pas de portée médicale ou scientifique. "Je me suis rendu compte que j'avais du sang italien et je n'étais absolument pas au courant de ces ascendances italiennes, poursuit Isabelle. Évidemment, ils gardent les données, mais personnellement, ça ne me dérange pas du tout. Je...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !