Michelle Dayan, présidente de l'association Lawyers for women, s'inquiète notamment de la formation des officiers de police qui vont être recrutés et de l'absence d'annonce concernant la nomination de procureurs et de magistrats pour traiter les plaintes.
Nouvelles mesures contre les féminicides : "Un progrès mais ce n’est pas suffisant", réagit une avocate spécialisée

"On passe des principes à l'application" dans la lutte contre les féminicides, s'est réjoui Me Michelle Dayan, avocate au barreau de Paris et présidente de l’association Lawyers for women (L4W), lundi 2 août sur franceinfo après les annonces de Gérald Darmanin. Dans une interview au journal Le Parisien [article payant], le ministre de l'Intérieur a notamment annoncé le traitement prioritaire des plaintes pour violences conjugales et l'augmentation du nombre d'officiers spécialisés. "C’est un progrès mais ce n’est pas suffisant", a réagi l'avocate. Me Michelle Dayan appelle à "aller plus loin" en réduisant les délais de traitement de ces plaintes, en formant les officiers "de façon spécifique" et en recrutant des "magistrats et des procureurs". "Si on a des officiers de police judiciaire en plus mais qu'on n'a pas les procureurs pour traiter les plaintes qu'ils recueillent, hélas ce sera une mesure avec peu d'effectivité."

franceinfo : Que pensez-vous des annonces du ministre de l'Intérieur ? Est-ce-que cela va dans le bon sens ?

Me Michelle Dayan : Ce qui me satisfait c’est que nous passons de la grande cause nationale annoncée pour le quinquennat,...

Participez à notre grand jeu de l'été ! Remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !