De l'élection présidentielle de 2007 aux sénatoriales des Français de l'étranger le 26 septembre 2021, Ségolène Royal enchaîne les défaites politiques. « Marianne » revient sur ces nombreux échecs, qui n'ont, semble-t-il, jamais entamé sa détermination.
Nouvelle défaite de Ségolène Royal aux sénatoriales : retour sur 15 ans d'échecs

Ce qui ne la tue pas la rend plus forte ou, en tout cas, plus tenace que jamais. Ségolène Royal a essuyé un double revers, lors des élections sénatoriales des Français de l’étranger, dimanche 26 septembre. D’abord, le Parti socialiste lui a refusé l’investiture au profit d’un autre candidat, Yan Chantrel. Ce dernier a remporté l'élection et permis au PS de conserver son siège. Pire, Ségolène Royal n’a obtenu que onze voix sur 534, le collège électoral se composant des députés et sénateurs de l’étranger, des conseillers des Français de l’étranger et des délégués consulaires. Six des douze sièges des sénateurs représentant les Français établis hors de France étaient à renouveler.Auprès de l'AFP, Ségolène Royal a fait part de sa « déception ». Si elle affirme ne pas regretter d'avoir pris part à « une campagne importante », qui lui a permis de « prendre la mesure de la dégradation de l'image de la France à l'international », elle a bien du mal à cacher son amertume. Déplorant « la stratégie de la division » du PS, elle a annoncé qu'elle allait transformer en parti politique son association Désirs de France. Telle est Ségolène Royal, elle s’acharne, persuadée d'avoir – encore – un...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >