Questionné sur l'intrusion de grévistes au siège de la CFDT, l'incendie à La Rotonde et la sortie perturbée d'Emmanuel Macron au théâtre, le secrétaire général de la CGT a rappelé qu'il condamnait « toute forme de violence ».
« Nous n’avons pas à porter le chapeau de tout ce qui se passe dans le pays » : Philippe Martinez dénonce le CGT-bashing

« Nous condamnons toute forme de violence. Mais pour être très clair : il y en a marre du “CGT-bashing” ! Nous n’avons pas à porter le chapeau de tout ce qui se passe dans le pays. » Interrogé par Le Parisien, le secrétaire général de la CGT a dû rappeler que son syndicat n’était pas à l’origine des différents actes violents ayant eu lieu ces derniers jours dans le contexte de la mobilisation contre la réforme des retraites.

Deux jours après l’intrusion de grévistes au siège de la CFDT, favorable au système universel de retraite par points dénoncé par les grévistes, M. Martinez a confié avoir téléphoné à Laurent Berger pour lui faire part de son soutien. « Il m’a confirmé, contrairement à ce qu’on a dit, qu’aucun militant de la CGT n’avait participé », a-t-il assuré. Vendredi, une source policière avait pourtant affirmé qu’il s’agissait de militants d’un second syndicat français.

« Nous aussi, nous sommes victimes d’intimidations, a raconté le syndicaliste. Je reçois des messages de haine : “Sale Espagnol, rentre dans ton pays”. Sans parler des menaces visant notre siège. » Le...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !