Ce jeudi, Marie-Amélie Lombard-Latune reçoit Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie
«Notre main est toujours tendue en direction des syndicats !», explique Agnès Pannier-Runacher (LREM)

Au lendemain de la présentation de la réforme des retraites par le Premier ministre, la situation semble bloquée. «La main est toujours tendue en direction des syndicats pour qu’ils reviennent à la table des négociations, affirme notre invitée. C’est ça qui compte, on a posé les paramètres de la réforme (…) L’opinion publique ne suit pas nécessairement les syndicats et il faut aussi en avoir conscience !»

Elle ajoute : «Nous faisons une réforme systémique et nous voulons qu’elle soit juste dès le départ (…) Le départ à 64 ans est systémique aussi ! Si vous partez avec une réforme qui est déséquilibrée dès le début, vous mentez aux plus jeunes puisqu’ils financent des choses déséquilibrées alors qu’eux-mêmes n’ont pas de garanties sur leur propre retraite ! (…) C’est une réforme de justice sociale adaptée à notre mode de vie actuel».

Mais quelle est la marge de négociation avec les partenaires sociaux ? «Il faut être deux à la table des négociations. Nous avons des paramètres clairs et établis, même travail, même cotisation, même retraite, assure notre invitée.»

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !