JUSTICE - La Cour de cassation vient de se prononcer sur le cas d'un cadre commercial licencié parce que son expression habituelle pouvait être ressentie comme trop directe, bourrue, ironique, critique, prétentieuse.
Non, être désagréable avec ses collègues n'est pas une cause sérieuse de licenciement

Tous les ronchons du matin, les mal dégrossis de l’après-midi, ceux qui laissent parfois un peu trop percer un caractère irascible au travail, ne pourront qu’être confortés par cette décision : la Cour de cassation vient d’établir (Cass. Soc, 15.1.2020, H 18-14.177) que la mauvaise humeur ne peut pas être une cause réelle et sérieuse de licenciement. 

La limite est ténue : le droit d'expression reconnu aux salariés leur interdit de tenir des propos excessifs, injurieux ou diffamatoires. Mais pas de faire des remarques ressenties comme désagréables par les autres. Un mode d'expression seulement mal admis par les collègues et la hiérarchie ne peut donc pas être qualifié de "cause réelle et sérieuse de licenciement". La Cour de cassation a rendu son avis le 15 janvier dernier sur le cas le cas d'un cadre commercial licencié parce que son expression habituelle pouvait être ressentie comme trop directe, bourrue, ironique, critique, prétentieuse. Ce cadre envoyait ainsi des mails du type(...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !