La blogueuse a été relaxée au terme du procès l'opposant au fils du président nigérien qui l'avait accusée de diffamation dans le cadre d'une affaire de corruption.
Niger : la journaliste Samira Sabou libre après 48 jours de prison "pour rien"

La journaliste et blogueuse nigérienne Samira Sabou a recouvré la liberté depuis le 28 juillet 2020 après que la justice a prononcé un non-lieu dans l'affaire de diffamation qui l'opposait à Sani Mahamadou Issoufou, fils du président nigérien et chef de cabinet adjoint de la présidence.

La responsable du site d’information Mides Niger et présidente de l'Association des blogueurs pour la citoyenneté active (ABCA) avait été inculpée "pour diffamation par voie électronique le 10 juin" et emprisonnée dans la foulée à Niamey, la capitale nigérienne. Sani Mahamadou Issoufou avait déposé "une plainte contre Samira Sabou après qu'un utilisateur de Facebook a mentionné le 26 mai (2020) son nom dans un commentaire qui répondait à une publication faite par la journaliste sur des allégations de corruption", explique Amnesty. "Le fils du patron tombera" est le commentaire qui a valu plus de 45 jours d'incarcération à la blogueuse, rapporte le média nigérien Labari Info.

Pas de matière à poursuivre ni à écrouer

L'affaire, qui a donné lieu à cette plainte pour diffamation, fait suite à un audit sur les marchés publics du ministère de la Défense du...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !