Les patients et les professionnels de santé constatent chaque jour un peu plus le délabrement des bâtiments hospitaliers. Exemple éloquent à Marseille, à l'hôpital de la Timone, dont le principal immeuble est vieux de 45 ans.
Murs délabrés, cafards, plafonds éventrés... Les patients et soignants de l'hôpital de la Timone déplorent la vétusté des bâtiments

La visite de l'hôpital de la Timone, à Marseille, commence par le bâtiment neuf, inauguré il y a six ans. Enfin, neuf... quand il reste encore des portes et quand les ascenseurs ne sont pas cassés. Après huit mois de convulsions, la crise des urgences a contaminé un hôpital public arrivé à saturation. Les personnels de santé sont appelés à manifester, jeudi 14 novembre à Paris, tandis que le gouvernement prépare un "plan de soutien" de la dernière chance.

Des poubelles devant le bloc, des plafonds éventrés, des cafards...

Première surprise : des poubelles à l'entrée du bloc opératoire. Deux conteneurs à déchets se trouvent dans le couloir qui fait le lien entre le bloc et le service de réanimation et où les soignants passent plusieurs fois par jour, explique Olivier Paviot, délégué syndical Force ouvrière.

Du côté de l'ancienne partie de la Timone, construite il y a 45 ans, c'est encore pire. Des murs sont délabrés, les peintures ont l'âge du bâtiment, des plafonds sont éventrés avec des fils électriques qui pendent, certaines fenêtres ne ferment même plus. Dans la salle d'attente, des chaises sont cassées et il n'est pas rare de croiser...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !