ARBITRE - Entré en campagne malgré son échec à l'investiture LaREM l'été dernier, Cédric Villani ne figure pas dans le carré de tête provisoire donné par les sondages. Le député dissident qui veut "parler à tout le monde" devrait toutefois peser beaucoup dans la campagne parisienne. En témoigne l'hostilité croissante qu'il suscite au sein de la majorité présidentielle.
Municipales à Paris : Cédric Villani, un candidat au centre du jeu ?

Ses adversaires lui prédisaient un effondrement rapide. Et pourtant, après quatre mois de campagne, Cédric Villani s'accroche. Le dernier sondage Ifop-Fiducial pour le JDD le crédite de 13% des intentions de vote au premier tour, grignotant en partie l'électorat centriste et LaREM de la capitale, mais aussi chez les écologistes et, dans une moindre mesure, à droite. Candidat par défaut, ou candidat alternatif, c'est selon, le mathématicien semble attirer beaucoup d'électeurs qui ne se reconnaissent dans aucune formation politique, si l'on observe les détails de ce sondage. 

A deux mois du scrutin, Cédric Villani prend soin de n'écarter aucune option. Quitte à entretenir le flou sur ses intentions. "Je parle avec tout le monde", assurait, le 8 janvier sur LCI, celui qui rêve de devenir "le premier maire véritablement écologiste de Paris", à propos d'une hypothétique alliance avec EELV. "Ma porte reste ouverte, je pense qu'on peut travailler avec les Verts", insistait-il, conscient qu'une (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !