Stéphanie Blandin, chercheure à l'Inserm, a estimé sur franceinfo que la prolifération du moustique tigre en France va continuer d'augmenter. 
Moustique tigre en France : "Le taux de répartition ne fait qu'augmenter et ne rétrécira pas", estime l’Inserm

Les autorités sanitaires appellent mardi 22 octobre à la vigilance après le signalement de deux premiers cas de transmission locale du virus zika dans le Var et face à l'augmentation des cas autochtones de dengue en métropole. "Le taux de répartition ne fait qu'augmenter et ne rétrécira pas", a expliqué mercredi sur franceinfo Stéphanie Blandin, chercheure à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), responsable du groupe “réponses immunitaires chez les moustiques vecteurs de maladies” à l’Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire à Strasbourg.

franceinfo : A quoi est due l'augmentation de ces insectes ?

Stéphanie Blandin : Elle est multifactorielle, mais clairement le réchauffement climatique a sa part à jouer dans les répartitions actuelles et l'augmentation du territoire conquis par le moustique tigre. L'autre facteur très important est celui de la mondialisation. On échange énormément de matériels, y compris des pneus usagers qui sont de très bons vecteurs de moustiques. Les œufs peuvent être pondus quelque part, en Asie par exemple, et rapportés en Métropole. Il y a aussi les gens qui reviennent de zones...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !