MÉDICAMENT – Pratique et efficace, l’analgésique est couramment utilisé pour soulager une douleur passagère. Pourtant, ce médicament n’est pas sans risques, comme le rappelle les circonstances de la mort de Naomi Musenga, décédée d'une intoxication au paracétamol. LCI fait le point.

Les circonstances du décès de Naomi Musenga, morte quelques heures après avoir appelé en vain le Samu, viennent d'être dévoilées. Selon le procureur de la République, le décès de la jeune femme est la "conséquence d'une intoxication au paracétamol absorbé par automédication sur plusieurs jours". "La destruction évolutive des cellules de son foie a emporté une défaillance de l'ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès", précise-t-il. 

Publicité
Comment un tel médicament, vendu sans ordonnance, a-t-il pu entraîner la mort de cette jeune femme ? Car de nos jours, l’absorption  de paracétamol est devenue monnaie courante. Dans l’armoire à pharmacie, au bureau ou dans votre sac à main, le petit comprimé de paracétamol est souvent à portée de main. Qu’ils s’appellent Doliprane, Efferalgan ou Dafalgan, la substance active est la plus consommée par les Français. Et pour cause, elle est redoutable pour soulager une douleur ou faire baisser la... > Lire la suite sur LCI

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité