Sous nos yeux, en direct, le plus beau glacier d'Europe, victime du réchauffement climatique, est en train de disparaître. L'écrivain alpiniste Jean-Christophe Rufin nous raconte la nouvelle..

Sous nos yeux, en direct, le plus beau glacier d'Europe, victime du réchauffement climatique, est en train de disparaître. L'écrivain alpiniste Jean-Christophe Rufin nous raconte la nouvelle tragédie de la montagne.

a{ color:#F20000; text-decoration:none} .content p{text-align:justify !important}

A gauche, le glacier des Bossons en 1920.  A droite, le plus spectaculaire des trois glaciers du Mont-Blanc est désormais le plus «sinistré». En 2010, la «langue» se sépare du glacier et s'effondre. Cinq ans plus tard, 200 000 mètres cubes de glace dévalent la pente, comme un raz de marée. Désormais, compte tenu de sa fragilité et des risques inhérents, la zone est très fortement déconseillée aux touristes.

Photos : Philippe Petit (2019), Lux-in-Fine/Leemage (1920)

Par Jean-Christophe Rufin, de l'Académie française  Photos : Philippe Petit

L’hélicoptère remonte lentement la gorge verdoyante. Un couvert de mélèzes et d’épicéas borde les parois de rochers blonds. La montagne est plus belle que jamais sous le soleil d’août. Pourtant, cette beauté est trompeuse. Car, en ces lieux que la végétation recouvre aujourd’hui, s’étendait hier encore le glacier d’Argentière. C’est sur son lit désormais vide que pousse le tapis végétal.

L’appareil poursuit son ascension et survole des falaises lisses, fraîchement dégagées par le recul des glaces. Plus haut encore, on distingue enfin le front du glacier survivant. C’est un chaos de séracs suppliciés...

Vidéo : La Française des jeux enclenche officiellement son processus de privatisation