Une journée de mobilisation est organisée par tous les syndicats de police, pour dénoncer leurs conditions de travail. Plus d'une cinquantaine d'agents se sont déjà suicidés depuis le début de l'année 2019.
"Mon fils nous a laissé un mot en disant qu'il n'en pouvait plus" : les policiers et leurs familles manifestent pour alerter sur le fléau des suicides

"Plusieurs fois, j'ai déjà songé à mettre fin à mes jours", lâche Olivier. Policier depuis 27 ans, il est en dépression et n'est plus retourné sur le terrain depuis de longs mois. Mauvaises conditions de travail, défense du régime de retraite et fléau des suicides, c'est pour tout cela qu'une intersyndicale inédite depuis 2001 appelle à manifester mercredi 2 octobre.

"Vous vous réveillez le matin parfois avec la boule dans la gorge, et à peine vous avez ouvert les yeux, vous vous dites 'tiens, je vais peut-être le faire aujourd'hui', confie Olivier. Vous vous imaginez même jusqu'à la méthode que vous allez employer, l'endroit où vous allez le faire, et vous vous dites que finalement, sur quelques secondes, c'est juste un mauvais moment à passer et puis qu'après vous serez tranquille."

Âgé de 46 ans, ce fonctionnaire ne supportait plus ses conditions de travail. Une situation qui l'a détruit à petit feu, au point donc de penser au suicide. "J'ai tenu, parce que je me suis raccroché à ma famille, surtout à mes enfants", raconte Olivier.

Mon fils, âgé de 8 ans, a dit à sa maman qu'il avait peur que son papa se suicide à cause du travail. Je me suis...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !