Le meurtre de Chahinez B., brûlée vive en pleine rue par son mari le 4 mai à Mérignac, en banlieue de Bordeaux, a mis en lumière de graves dysfonctionnements dans le traitement des plaintes pour violences par la police et la justice. Selon « Le Canard Enchaîné », le policier qui avait recueilli la plainte de Chahinez un mois et demi avant sa mort venait d'être condamné pour violences intrafamiliales. Une situation connue de ses supérieurs.
Meurtre de Chahinez : le policier qui avait pris sa plainte déjà condamné pour violences intrafamiliales

Le policier qui avait recueilli le 15 mars la plainte de Chahinez B. contre son mari violent, avant qu'il ne la brûle vivante le 4 mai 2021 à Mérignac, en banlieue de Bordeaux, venait d'être condamné pour « violences intrafamiliales », a appris l'AFP auprès du parquet, confirmant une information du Canard Enchaîné. « Nous avons été informés le 24 juin par le juge d'application des peines de Bordeaux qu'un des fonctionnaires ayant pris la plainte du 15 mars 2021 de (Chahinez B.) avait lui-même fait l'objet d'une condamnation pour violences intrafamiliales », a indiqué à l'AFP le parquet de Bordeaux.Le tribunal correctionnel de Bordeaux l'avait condamné le 10 février à une peine de huit mois de prison avec sursis probatoire et non-inscription de cette condamnation au casier judiciaire B2, selon le parquet. Le policier « a reconnu les faits, précisant être suivi par un addictologue » et a été condamné pour « violences habituelles sur son ex-conjointe », écrit Le Canard Enchaîné. Jointe par l'AFP, la police nationale précise qu'« une enquête administrative avait été ouverte dès que l'épouse du policier avait déposé plainte ».« Problème d'addiction »À la suite de cette enquête, le...

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !