CHRONOLOGIE - Pendant quatre ans, elle avait tout tenté pour obtenir la clémence de la justice. C'est finalement du président François Hollande qu'était venue la grâce de Jacqueline Sauvage. Retour sur les grandes dates de cette affaire qui a déchaîné les passions.
Meurtre, condamnation, remise de peine et grâce... les quatre ans du feuilleton judiciaire de Jacqueline Sauvage

Quatre années de bataille judiciaire après des décennies de calvaire. Jacqueline Sauvage, dont on a appris ce mercredi 29 juillet 2020 le décès, survenu la semaine dernière à son domicile de La Selle-sur-le-Bied (Loiret), était devenue un symbole des violences conjugales. Condamnée à dix ans de prison, pour le meurtre de son mari violent, elle avait fini par être graciée, d'abord partiellement, puis définitivement, par François Hollande. 

LCI revient sur ce combat judiciaire hors du commun. 10 décembre 2012 : Le lendemain du suicide de son fils Pascal, battu lui aussi par son père, Jacqueline Sauvage tire trois coups de fusil dans le dos de son mari, Norbert Marot. Celui-ci meurt dans le pavillon familial de La Selle-sur-le-Bied, petite commune du Loiret.

28 octobre 2014 : Jacqueline Sauvage est condamnée en première instance par la cour d’assises d’Orléans à 10 ans de réclusion pour meurtre sans préméditation. La légitime défense n’a pas été retenue par les jurés, qui lui (...)

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !