Le parquet de Nouakchott a placé en détention provisoire dix jeunes Mauritaniens, inculpés "d'actes contraires à la morale", après la diffusion d'images d'une cérémonie présentée comme le premier "mariage gay" de cette république islamique d'Afrique du nord-ouest interdisant les comportements homosexuels.
Mauritanie : dix jeunes gens en prison après une soirée festive présentée comme un "mariage gay"

Ils avaient choisi le soir du samedi 11 janvier 2020 pour fêter l'anniversaire de l'un d'entre eux. Homosexuels dans une république islamique qui les poursuit, les jeunes gens sont arrivés maquillés et en talons hauts aux réjouissances organisées dans un appartement de Nouakchott, la capitale mauritanienne. Là, comme le montre la vidéo YouTube ci-dessous, ils se sont lancés dans des "performances" à tour de rôle, avec toutes sortes de mouvements de danse frénétiques que la morale locale réprouve. Ainsi le sabar, qui tient son nom d'un instrument de musique à percussion, tout comme le leumbeul, sorte de twerk endiablé, sont jugés bien trop indécents. Au Mali, ces danses sont également interdites depuis 2001.

"Des faits interdits par Allah"

Ces images vidéo ont abondamment circulé sur les réseaux sociaux, dans la presse locale et même sur les sites des journaux du Sénégal voisin, qui ont évoqué le premier "mariage gay" de Mauritanie.

Une semaine plus tard, dix des participants à cette soirée ont été appréhendés. "Le parquet a envoyé (lundi soir) les jeunes délinquants homosexuels en prison en attendant leur jugement pour actes contraires à la...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !