Pour des faits de «diffusion d'images violentes» en 2015, la présidente du Rassemblement national a été renvoyée en correctionnelle.La présidente du Rassemblement National Marine Le Pen a..

Pour des faits de «diffusion d'images violentes» en 2015, la présidente du Rassemblement national a été renvoyée en correctionnelle.

La présidente du Rassemblement National Marine Le Pen a été renvoyée en correctionnelle pour avoir diffusé en décembre 2015 des photos d'exactions du groupe jihadiste EI sur son compte Twitter, a-t-on appris mercredi de source judiciaire, confirmant une information de BFMTV. Une juge d'instruction de Nanterre a rendu une ordonnance renvoyant Marine Le Pen pour «diffusion d'images violentes». Fin mars, le député apparenté RN Gilbert Collard avait été lui aussi renvoyé en correctionnelle pour des faits similaires.

Publicité
Publicité

Le 16 décembre 2015, la chef de file de l'extrême droite française avait tweeté des photos issues de la propagande de l'organisation jihadiste EI, en réponse à un journaliste de BFMTV-RMC qu'elle accusait d'avoir «fait un parallèle» entre l'EI et le FN. Évoquant un «dérapage inacceptable» et des «propos immondes», Marine Le Pen avait posté sur son compte trois photos mentionnant le journaliste, Jean-Jacques Bourdin, avec le texte «Daech c'est ça!». Les photos montraient un soldat syrien écrasé vivant sous les chenilles d'un char, un pilote jordanien brûlé vif dans une cage et une photo du journaliste américain James Foley, le corps décapité et la tête posée sur le dos.

Des clichés signalés par le ministre de l'Intérieur de l'époque

Le député Gilbert Collard avait quant à lui diffusé...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :