La présidente du Rassemblement national a profité du Salon de l'agriculture, à Paris, pour critiquer Emmanuel Macron.
Marine Le Pen en campagne au Salon de l’agriculture

Chaque année, le même rituel. A deux pas du périphérique, la capitale accueille le Salon de l’agriculture à sa porte. L’occasion, le temps d’une semaine de campagne à Paris, d’y entendre la voix des agriculteurs. Leurs fiertés, leurs inquiétudes. L’occasion, aussi, d’y observer les politiques en perpétuelle campagne se faufiler entre veaux, vaches et cochons. D’y sentir qui est sur son terrain, qui l’est moins.

Cette année, des portraits viennent rappeler que l’éternel président des lieux, Jacques Chirac, a disparu. Depuis plusieurs années, Marine Le Pen n’y est pas en reste. Le vote frontiste grimpant dans la ruralité, la présidente de l’extrême droite française s’y veut comme chez elle.

Mardi 25 février, elle y a trouvé une nouvelle opportunité de tancer son adversaire privilégié, Emmanuel Macron, venu inaugurer le salon samedi en tentant de rassurer un monde agricole peu acquis à sa cause : « Il ferait mieux de retarder un peu son entrée en campagne présidentielle parce que ce dont les agriculteurs ont peur aujourd’hui, c’est de sa politique à lui. »

Manque de candidats dans les villages

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !