Des milliers de Libanais ont manifesté samedi dans les rues de Beyrouth pour exprimer leur colère face à la classe politique jugée responsable des explosions sur le port.
Manifestations à Beyrouth : "La réponse sécuritaire est disproportionnée", estime la militante Paola Rebeiz

L'armée libanaise a délogé dans la soirée du samedi 8 août un groupe de manifestants qui a pris d'assaut le siège du ministère des Affaires étrangères à Beyrouth. Les manifestants estiment que le pouvoir politique est responsable des explosions sur le port. Un policier a été tué et plusieurs manifestants blessés. "La réponse sécuritaire est disproportionnée", a estimé Paola Rebeiz, dimanche sur franceinfo. Cette militante, et activiste, est à l'origine (avec d'autres groupes militants) de nombreuses manifestations contre le pouvoir en place au Liban. Elle est surnommée la "Mama des places" car tous les rassemblements se font au départ des places principales de Beyrouth.

franceinfo : En quoi le pouvoir en place est-il responsable ?

Paola Rebeiz : Ce sont sept ans de négligence. Entreposer des matériels explosifs à l'intérieur même de la ville, c'est impossible. L'artère qui passe près du port est celle qui traverse le Liban du Nord au Sud, elle est empruntée par des centaines de milliers de gens chaque jour.

Que pensez-vous de la réponse sécuritaire ?

La réponse est disproportionnée. Il y a eu plus de 200 000 manifestants samedi. Il y a bien sûr...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !