Quasiment simultanément, l'ONU et Human Rights Watch rendent publics leurs rapports respectifs sur le massacre du village d'Ogossagou qui a fait 35 morts, le 14 février 2020. Edifiant.
Mali : l'attaque du village d'Ogossagou, "un horrible massacre qui aurait pu être empêché"

Le 14 février 2020, pour la deuxième fois en un an, le village d'Ogossagou est attaqué par une bande d'hommes en armes. Fusils d'assaut, vieilles pétoires bricolées, machettes, tout est bon pour assassiner le plus d'habitants possible. Les assaillants partis, on relèvera 35 morts, trois blessés. 19 personnes sont toujours portées disparues à ce jour.

Les Dozos à l'attaque

"Au moins 136 habitations (légères ou maçonnées) ont été détruites par incendie volontaire ou rendues inhabitables, 32 greniers et hangars de stockage de vivres incendiés ou rendus inutilisables, et un nombre important de têtes de bétail volées ou tuées", précise le rapport des soldats des Nations unies.

La région de Mopti où se trouve le village est devenue l'épicentre de violences intercommunautaires entre Peuls et Dogons. Cette fois, selon les témoignages recueillis, les attaquants sont des Dogons, des chasseurs traditionnels, "les Dozos".

Ogossagou, un village coupé en deux

Il y a le quartier peul d'un côté et son pendant dogon de l'autre, séparés par la route. Une vie à se regarder en chiens de faïence, rendue malgré tout possible par la présence de soldats des Fama, les...

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !