L'attaque, menée le 26 janvier 2020, a entraîné la mort d'au moins 20 gendarmes dans une région proche de la Mauritanie. Les jihadistes chercheraient-ils à déstabiliser ce pays ? 
Mali : 20 gendarmes tués lors de l'attaque d'un camp militaire à Sokolo, revendiquée par la principale alliance jihadiste du Sahel

Le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), la principale alliance jihadiste du Sahel, liée à Al-Qaïda et dirigée par le Malien Iyad Ag-Ghali, a revendiqué le 27 janvier 2020 une attaque, menée la veille, contre un camp de l'armée malienne à Sokolo, à 400 km au nord de Bamako et à 80 km de la frontière avec la Mauritanie. Vingt gendarmes ont péri, cinq autres ont été blessés, selon le dernier bilan gouvernemental diffusé le 26 janvier. La même source précise que l'on compte "quatre tués côté ennemi".

Dans un communiqué reçu par l'agence de presse mauritanienne Al-Akhbar, connue pour diffuser régulièrement des communiqués de cette mouvance, le GSIM affirme avoir "réussi à tuer plus de vingt militaires et fait prisonniers trois autres". Le groupe indique également avoir perdu trois hommes.

Il affirme aussi avoir emporté "neuf véhicules tout terrain, plus de vingt fusils-mitrailleurs Kalachnikov, un important arsenal de munitions et d'autres armements". L'armée malienne a reconnu que du matériel avait été "endommagé ou emporté".

Des responsables maliens ont attribué ce coup de force à des "terroristes", terme avec lequel ils...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !