POLEMIQUE - Le Premier ministre britannique Boris Johnson a décidé dimanche de maintenir à son poste son conseiller spécial Dominic Cummings, accusé d'avoir violé les règles du confinement imposé pour lutter contre le nouveau coronavirus.
Malgré le scandale, Boris Johnson soutient son conseiller Dominic Cummings, accusé d'avoir enfreint le confinement

Dimanche 24 mai, malgré la polémique, Boris Johnson a choisi de sauver la tête de son conseiller spécial, au cœur d’un scandale depuis le début du week-end, pour n’avoir pas respecté les règles du confinement qu’il avait lui-même contribué à définir.

Dominic Cummings, 48 ans, cerveau de la campagne du référendum de 2016 qui a abouti au Brexit, est en effet au cœur d'une tempête politique depuis que deux journaux ont révélé vendredi soir qu'il s'était rendu fin mars avec sa femme et leur fils chez ses parents à Durham (400 km au nord-est de Londres), alors qu'il craignait d'être atteint du Covid-19. 

Malgré la déferlante d'indignation et d'appels, y compris dans les rangs de sa majorité conservatrice, pour exiger le départ du conseiller controversé, le chef du gouvernement a estimé que celui-ci avait agi de "façon responsable, légale, et avec honnêteté". "Ce qu'ils ont fait est parfaitement (...)

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !