Essayiste, universitaire et journaliste, Aliocha Wald Lasowski est l'auteur de deux livres sur Édouard Glissant, dont « Édouard Glissant. Déchiffrer le monde », qui vient de paraître chez Bayard. Il revient avec nous sur la notion de « créolisation », qui s'invite dans les débats présidentiels, par l'intermédiaire de Jean-Luc Mélenchon, qui a choisi d'en faire un thème de campagne.
Mais au fait, c'est quoi la "créolisation" ?

Ni assimilation, ni multiculturalisme, mais « créolisation ». Telle est la devise de Jean-Luc Mélenchon depuis septembre 2020. Selon lui, celle-ci « suppose le mélange et la création spontanée de pratiques culturelles communes totalement nouvelles plutôt que l’illusoire enfermement de chacun des origines figées. »C'est d'ailleurs cette notion, empruntée au poète martiniquais Édouard Glissant, décédé au début des années 2010, que le candidat de La France Insoumise a opposé ce 23 septembre à Éric Zemmour, tenant d'une assimilation ferme. « L'assimilation signifierait qu'il y a quelque chose d'invariable à laquelle on devrait ressembler. La seule chose à laquelle on doit adhérer, c'est la République », lui a opposé un Jean-Luc Mélenchon, convaincu que la « créolisation de la France » a commencé. Mais que recouvre exactement ce terme ? Aliocha Wald Lasowski, qui a beaucoup travaillé sur la pensée d'Édouard Glissant, nous aide à y voir plus clair.Marianne : Qu’est-ce que la « créolisation » ?Aliocha Wald Lasowski : C’est un processus d’accompagnement des transformations du monde, qui permet de penser les bouleversements de la planète, comme les nouveaux liens entre local et global ou...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >