Le Conseil d'Etat juge illégale l'utilisation par les forces de l'ordre de la technique des "nasses" et la dispersion des journalistes en fin de manifestation.
Maintien de l'ordre : "Le Conseil d'Etat a fait prévaloir la liberté de manifester, la liberté d'information, sur les demandes des forces de police", selon l'avocat du SNJ et de la LDH

Le Conseil d'Etat a annulé, ce jeudi 10 juin, plusieurs dispositions phares du schéma national du maintien de l'ordre, dont l'emploi de la technique de "la nasse", et l'obligation faite aux journalistes de quitter les lieux lors de la dispersion des manifestations. L'avocat Patrice Spinosi, spécialiste des libertés publiques, avocat du Syndicat national des journalistes (SNJ) et de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH), invité de franceinfo jeudi, estime que "le Conseil d'Etat a fait prévaloir la liberté de manifester, la liberté d'information, sur les demandes des forces de police".

Selon Me Spinosi, qui avait saisi le Conseil d'Etat avec d'autres avocats, le gouvernement "vient de subir une grave défaite aujourd'hui". Il ne pense pas que la décision soit "remise en cause" par l'exécutif.

franceinfo : Est-ce que la décision du Conseil d'Etat vous satisfait ?

Me Patrice Spinosi : Nous sommes pleinement satisfaits, d'autant que cette décision a été acquise de haute lutte. Il n'était pas du tout acquis que ce schéma soit annulé. C'est une vraie victoire et la démonstration que le Conseil d'Etat a fait prévaloir la liberté, la liberté de manifester, la liberté...

Préparer sa retraite ? Retrouver un emploi ? Découvrez l'accompagnement de nos formateurs !