Cinq mois après l'arrestation polémique de 151 jeunes de 12 à 21 ans, l'Inspection générale de la police nationale n'a constaté aucune faute de la part des policiers.
Publicité

Les policiers n'ont pas commis de faute lors de l'arrestation polémique de lycéens à Mantes-la-Jolie (Yvelines), selon l'enquête administrative diligentée après les faits, a indiqué jeudi 16 mai la patronne de l'Inspection générale de la police nationale. Il n'y a "pas (eu) de comportements déviants de la part des policiers", a ajouté Brigitte Jullien, auditionnée par une commission d'enquête de l'Assemblée nationale, jeudi 16 mai, rappelant "le contexte très, très violent à l'époque". Les lycéens qui avaient porté plainte ont été entendus cette semaine par la police des polices, qui avait été saisie du dossier en février dernier.

Publicité

Le 6 décembre 2018, ces jeunes de 12 à 21 ans avaient été interpellés après des incidents en marge d'une manifestation dans le cadre d'une mobilisation nationale des lycéens, et forcés de se tenir à genoux, mains sur la tête, pendant plusieurs heures. La vidéo de leur arrestation avait provoqué un tollé. Par ailleurs, une enquête préliminaire suit toujours son cours dans ce dossier. A vocat d'une vingtaine de lycéens, Arié Halimi a annoncé le dépôt d'une plainte avec constitution de partie civile auprès du...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :