Le futur directeur général de Renault a effectué sa première prise de parole publique depuis l'annonce de sa nomination. Il lui faudra incarner un nouveau souffle à la tête d'un groupe ébranlé coup sur coup par la disgrâce de son ancien PDG Carlos Ghosn, l'abandon d'une course aux volumes et une dégradation des marchés émergents
Luca de Meo s’apprête à prendre les rênes de Renault

Ça y est, Luca de Meo a pointé le bout de son nez chez Renault. Le futur directeur général du groupe a pris la parole publiquement, vendredi 19 juin, pour la première fois depuis l’annonce de sa nomination à la tête du groupe au losange pour décrire le défi que représente le redressement du constructeur.

« Je reviens au sein du groupe Renault d’abord pour le challenge, redresser un des plus grands et des plus prestigieux constructeurs d’automobile mondiaux est peut-être à ce jour un des plus beaux défis que j’ai eus », a déclaré l’ancien patron de la marque Seat du groupe Volkswagen lors de l’assemblée générale de Renault, qui s’est tenue à huis clos en raison du coronavirus.

Un mois après la présentation par Renault d’un plan drastique d’économies de deux milliards d’euros sur trois ans, le nouveau directeur général aura fort à faire pour mettre en musique le volet, stratégique cette fois, attendu fin 2020 ou début 2021.

Il lui faudra incarner un nouveau souffle à la tête d’un groupe ébranlé coup sur coup par la disgrâce de son ancien PDG Carlos Ghosn, l’abandon d’une course aux volumes et une dégradation des...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !