RADICALISATION - Ahmed Hilali, l'imam dont les prêches avaient été suivis par Mickaël Harpon, l'auteur de l'attaque de la préfecture de police de Paris, a été écarté de la salle de prière de Gonesse, a annoncé vendredi la municipalité du Val d'Oise. Il est soupçonné de radicalisation, ce que l'intéressé a nié.
L'imam controversé de la mosquée de Gonesse qu'aurait fréquenté Mickaël Harpon sur le départ

Ahmed Hilali, l'imam controversé de Gonesse n'interviendra plus dans la mosquée de cette commune du Val d'Oise. La municipalité a confirmé, dans un communiqué publié vendredi, une information du Figaro et du JDD. "L'imam soupçonné de radicalisme [est] écarté de la salle de prière de Gonesse", a indiqué le maire Jean-Pierre Blazy. "Suite à ma demande, pour ne prendre aucun risque sur la nature des discours qui pourraient être tenus dans la salle de prière et pour apaiser le climat délétère qui règne à l'encontre de la communauté musulmane de Gonesse, l'association musulmane de Gonesse a négocié avec Monsieur Hilali avec qui elle est liée par un contrat de travail une rupture conventionnelle. L'imam n'assurera plus les prières quotidiennes, et ce dès demain."

Le maire a pris soin, une nouvelle fois, de préciser qu'il "ne s'agit pas de l'imam référent de l'association musulmane de Gonesse, Hassan El Houari, avec qui nous entretenons des (...)

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !