FRONDE - À défaut de faire parler d'elle sur les terrains, la Ligue 1, seul grand championnat européen à ne pas reprendre, fait du bruit en coulisses. Le recours des clubs contre l'État, évoqué par Jean-Michel Aulas et démenti depuis, affiche à nouveau les divisions et la mésentente cordiale entre les dirigeants français.
Ligue 1 : un recours des clubs contre l'État, ce nouveau pétard mouillé du foot français

La famille du foot français n'en finit plus de se déchirer. Le 30 avril dernier, en raison de l'épidémie de Covid-19, la Ligue de football professionnel (LFP) actait la fin de la saison de Ligue 1. Mais, alors que les quatre championnats majeurs du football européen (Allemagne, Italie, Espagne et Angleterre) ont décidé de reprendre, la Bundesliga ayant été la première à rechausser les crampons le 16 mai, le championnat de France résiste, malgré lui, à un retour en irréductible Gauloise. Une posture qui fait grincer les dents de certains clubs français, notamment l'Olympique lyonnais et son président Jean-Michel Aulas.

Grands perdants de cette décision, Lyon, 7e et privé d'Europe, Toulouse et Amiens, relégués en Ligue 2, doivent ainsi abattre leur dernier carte ce jeudi 4 juin devant le Conseil d'État, avec l'espoir - infime - de reprendre l'exercice stoppé à la 27e journée. Mais cela ne les empêche pas de préparer déjà l'après, s'ils venaient à être (...)

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !