Les nouvelles mesures pour enrayer la cinquième vague semblent dérisoires et absurdes. Finalement, Emmanuel Macron pourrait « emmerder » plus de monde que les non-vaccinés. Le point de vue de Simon Olivennes, avocat au barreau de Paris, ancien élève de la rue d'Ulm.
"L’État n’a pas à 'emmerder' des citoyens exerçant une liberté"

On n’en peut plus ! Le président de la République a beau nous expliquer que les seuls qu’il veut « emmerder » sont les non-vaccinés, force est de constater qu’à cause de ses décisions absurdes tout le monde en prend pour son grade.Évidemment, on nous objectera que la vague épidémique engendrée par le variant Omicron est gravissime, et que devant son intensité de nouvelles mesures s’imposent. Mais on ne peut que s’étonner en réponse devant la faiblesse d’un tel argument : la stratégie du zéro Covid ayant de longue date été abandonnée, seule la question de l’engorgement potentiel des hôpitaux justifie théoriquement la mise en place de telles mesures.Mesurettes kafkaïennes et insupportablesOr de deux choses l’une : ou bien le nombre alarmant de contaminations va se traduire mécaniquement par une hausse massive des hospitalisations, et dans ce cas seul un confinement strict est à même d’enrayer la machine ; ou bien les pouvoirs publics savent qu’il n’en ira pas de la sorte, et que la société ne supporterait pas de toute façon une telle contrainte, et alors il faut assumer jusqu’au bout la logique de vivre avec le virus.Au lieu de cela, le « en même temps » s’articule en mesurettes...