Le secteur a bénéficié en deux mois de 3 milliards d'euros de prêts garantis par l'Etat.
L’Etat a massivement mis la main à la poche pour aider les start-up

« On a fait en moins de deux mois au moins autant que ce qu’ont fait les banques en 2019 pour l’écosystème des start-up. » A l’heure de tirer un premier bilan du plan d’aide à destination des start-up françaises, Paul-François Fournier, le directeur exécutif de BPIFrance, se félicite de l’ampleur du dispositif déployé par l’Etat. Quatre milliards avaient été promis le 25 mars sous différentes formes (prêts, remboursements anticipés, aides directes). Mais le montant devrait être encore plus significatif, du moins pour les actions supervisées par la Banque publique d’investissement.

Elle tablait à l’origine sur 2 milliards de prêts garantis par l’Etat (PGE) pour soutenir le secteur. Déjà 3 milliards d’euros ont été mis à disposition de 5 000 start-up, soit plus de la moitié du capital-risque investi en 2019 dans l’écosystème des start-up (5 milliards). Et selon M. Fournier ce montant est appelé à grossir. Avec ce dispositif, les jeunes pousses tricolores bénéficient d’une avance de trésorerie qu’elles commenceront à rembourser au plus tôt dans un an, avec la possibilité d’échelonner leurs...

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !