LE GRAND VIDE - Avec près de trois milliards de personnes confinées dans le monde, les villes sont devenues quasiment désertes, laissées à la discrétion de quelques rares travailleurs ou d'animaux errants vite repérés. Et les webcams, vidéos en direct sur internet habituellement scrutées pour admirer les différents recoins de la Terre, sont désormais le reflet, mi-angoissant, mi-somptueux, d'une vie à l'arrêt.
Les webcams de la planète devenues miroirs de villes fantômes

La place Saint-Marc de Venise, les abords de la Tour de Pise ou de la Tour Eiffel, la Sagrada Familia de Barcelone ou le soleil qui se couche sur la plage de Santa Monica, près de Los Angeles. Qui n’a jamais rêvé d’être seul au milieu de ces lieux magnifiques habituellement remplis de touristes obligés de jouer des coudes ? Des lieux habituellement bondés, et devenus déserts.

En pistant les webcams sur le web, on ne peut constater qu'une chose : le monde est bel et bien comme arrêté un peu partout sur Terre. Du Japon aux Etats-Unis en passant par la Finlande, la France et surtout l'Italie, plus rien - ou presque - ne bouge. Seul le silence semble se répondre en écho d'un pays à l'autre, d'un monument à l'autre. En France, les rues des grandes villes sont de plus en plus désertées et rendues à la nature. Les plages de Saint-Malo, Berck ou de la Méditerranée sont animées par les seuls mouvements des vagues et quelques rares joggeurs ou maîtres et leurs chiens en balade. Les caméras qui diffusent en direct (...)

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !