L'Association nationale des victimes de l'amiante (AVA) a déposé une citation à comparaître, jeudi. L'enjeu : obliger la justice à enfin ouvrir un procès.
Les victimes de l'amiante lancent une ultime procédure judiciaire : "Ça fait 25 ans qu'on attend"

L'affaire est un véritable serpent de mer, la première plainte date de 1996. Depuis, les décisions de non lieu se sont enchaînées, malgré la mise en place d'un fonds d'indemnisation. C'est donc le geste de la dernière chance pour les victimes de l'amiante. Elles se retrouvent jeudi 25 novembre pour déposer une citation à comparaître au tribunal judiciaire de Paris. Une nouvelle action judiciaire qui leur permet d'obliger la justice à ouvrir le procès qu'elles attendent depuis plus de 20 ans.

Les victimes se sont perdues dans un labyrinthe procédural, dénonce l'avocat Antoine Vey, qui àa repris le dossier pour l'Association nationale des victimes de l’amiante (AVA). Avec cette citation à comparaître, l'objectif est d'obtenir un procès. "La citation directe vise quatorze personnes qui ont été identifiées, contre lesquelles les victimes estiment qu'ils ont des preuves suffisantes. Ce n'est pas les seules, évidemment, qui ont permis à ce scandale sanitaire de prospérer. Mais ce sont quatorze personnes qui devront répondre de leurs actions à cette époque dans le cadre du Comité permanent amiante", explique-t-il. Ce comité, "occulte" et "subventionné...

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !