Le régime de Kaboul refuse de faire sortir cinq mille combattants insurgés de ses geôles alors que cette libération massive figure dans le texte signé avec Washington.
Les talibans reprennent les combats deux jours après avoir signé un accord de paix

Deux jours après avoir signé, à Doha, au Qatar, un accord de paix historique avec l’ennemi américain, les talibans afghans ont annoncé, lundi 2 mars, la fin de la trêve temporaire des violences déclarée le 22 février. Ils ont indiqué reprendre leurs attaques car le régime de Kaboul refuse de libérer de ses geôles cinq mille de leurs combattants. Ils ont ajouté qu’ils ne participeraient à aucune négociation de paix interafghane tant que ces prisonniers ne retrouveraient pas la liberté. L’accord de Doha vacille déjà alors que son encre est à peine sèche.

Cette libération massive figure, en effet, dans le texte signé, samedi 29 février, entre Washington et les talibans. Le document indique qu’en échange mille membres de forces de sécurité afghanes seraient également libérés. Mais le président afghan Ashraf Ghani a annoncé, dimanche, ne pas être tenu par cette promesse faite sans son consentement. Selon lui, ces remises en liberté ne peuvent être qu’un élément de la négociation avec les talibans, qui doit débuter le 10 mars, et en aucun cas un prérequis aux discussions de paix.

Il est encore difficile de faire la...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !