La plus haute juridiction a toutefois relaxé la militante qui avait exhibé sa poitrine au musée Grévin de Paris, en juin 2014, reconnaissant une « démarche de protestation politique ».
Les seins nus des Femen sont bien de l’exhibition sexuelle, juge la Cour de cassation

Il est des victoires judiciaires qui laissent un goût amer. La Cour de cassation a rejeté, mercredi 26 février, le pourvoi du parquet général de la cour d’appel contre la relaxe de Iana Zhdanova. Pourtant, Marie Dosé, l’avocate de cette militante Femen qui avait exhibé sa poitrine au musée Grévin de Paris, le 5 juin 2014, y voit une « décision frustrante, une belle occasion ratée de faire évoluer une jurisprudence d’un autre temps ».

La question posée à la juridiction judiciaire suprême portait notamment sur le fait de savoir si montrer sa poitrine pour une femme est constitutif d’une exhibition sexuelle, délit puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende selon l’article 222-32 du code pénal. La chambre criminelle de la Cour de cassation répond clairement oui.

Dans cet arrêt, elle balaie même sèchement le raisonnement que la cour d’appel de Paris avait retenu en décembre 2018 pour prononcer la relaxe. « C’est à tort que la cour d’appel a énoncé que la seule exhibition de la poitrine d’une femme n’entre pas dans (…) le délit prévu à l’article 222-32 du code pénal, si l’intention...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !