Plusieurs clubs ont fait appel aux fonds publics pour financer le chômage partiel de leurs salariés, hors joueurs. Ces derniers se refusent, pour le moment, à des baisses de salaire.
Les salaires des footballeurs au cœur de la polémique en Angleterre

Haro sur le football. Depuis quelques jours, l’Angleterre s’échauffe sur la manière dont son industrie du ballon rond gère les effets de la crise provoquée par l’épidémie de coronavirus. Ce sont surtout les joueurs qui sont interpellés sur leur participation aux efforts présentés comme nécessaires pour que les clubs de Premier League puissent passer le cap d’une période sans championnat et, par conséquent, sans une partie des recettes qui entrent habituellement dans les caisses. Plus exactement, c’est ce qui est vu comme une non-participation des footballeurs à ces efforts qui est pointée du doigt.

En fin de semaine passée, le ministre de la santé, Matt Hancock, les a appelés à baisser leurs salaires. Cette déclaration est survenue alors qu’un certain nombre de clubs de la première division anglaise ont décidé de faire appel à l’argent public pour continuer à payer leurs salariés - hors joueurs.

A travers le « Coronavirus job retention scheme », le gouvernement britannique permet en effet aux entreprises dont les activités sont fortement affectées par l’épidémie de mettre leurs employés au chômage partiel en...

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !