COUP DE FORCE - Des militants de l'Action française ont revendiqué ce jeudi matin avoir "débloqué" un lycée parisien. Contacté par LCI, l'établissement indique pourtant ne pas avoir été témoin d'altercations. On fait le point sur ce qu'il s'est réellement passé.
Les royalistes de l'Action Française revendiquent le déblocage d’un lycée parisien : que s’est-il passé ?

Alors que des lycéens voulaient rejoindre le mouvement de contestation contre la réforme des retraites ce jeudi 5 décembre, des militants de l’Action française (AF), groupuscule royaliste et nationaliste, se sont rendus devant le lycée Montaigne afin de le "débloquer". Mais il s’agirait en fait uniquement d’une "tentative" avortée d'empêcher les cours, selon l’établissement parisien. Sur Twitter, ce groupe d’extrême droite se vante d'avoir "débloqué" le lycée du 6e arrondissement parisien. "Le droit de grève dont certains élèves et  étudiants s'enorgueillissent se mérite", écrivent-ils pour justifier leur action, estimant qu’étudier n’est pas "un métier" et que dès lors des élèves ne peuvent pas jouir de ce droit.  Contacté par LCI, l’établissement indique cependant que, si des élèves ont bien placé des poubelles peu avant 7 heure devant les portes, aucun cours n'a été (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !