SATURATION - Les différents hôpitaux de la capitale, déjà confrontés à la pandémie de Covid-19, ont rapidement indiqué être dépassés par l'afflux de personnes blessées, les autorités demandant par conséquent à ceux en attente de soins de se diriger vers les structures hors de la ville.
"Les morgues sont pleines, les urgences aussi" : les hôpitaux de Beyrouth en situation critique

Des secouristes, épaulés par des agents de sécurité, ont cherché toute la nuit des survivants ou des morts coincés sous les décombres. Alors que les opérations continuent au lendemain des puissantes explosions successives qui ont secoué mardi Beyrouth, provoquant des scènes de dévastation et de panique, un dernier bilan de la Croix-Rouge libanaise, fait état de plus de 100 personnes tuées et plus de 4000 autres blessées.  

Pour permettre aux secours d’intervenir, le secteur du port a été bouclé dès mardi par les forces de sécurité, qui ne laissaient passer que la défense civile, les ambulances aux sirènes hurlantes et pompiers. "C’est une catastrophe à l’intérieur. Il y a des cadavres par terre. Des ambulances emmènent les corps", déclarait quelques heures après la double explosion un soldat à l’AFP.   "Tous les hôpitaux de la capitale sont pleins" Dans la foulée des explosions, alors que de nombreux habitants, dont certains blessés (...)

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !