Si les Jeux n'avaient pas été reportés pour cause de Covid-19, ce jeudi 6 août Marc-Antoine Olivier aurait pu glaner l'or en nage libre, avant d'être disqualifié et de voir son entraîneur dénoncer les juges et une décision qui avantage le Japon.
Les Jeux de Tokyo comme si on y était : la colère de Philippe Lucas

Ce qui aurait pu se passer ce 6 août

Il ne faut pas jouer trop longtemps avec les nerfs de Philippe Lucas. A Rio en 2016, sa nageuse Aurélie Muller avait été disqualifiée quelques minutes après sa médaille d’argent au 10 km en eau libre. Accusée d’avoir coulé sa rivale italienne lors du mano a mano final, la Française avait été sanctionnée par les juges au profit de la 4e, une Brésilienne.

Torse nu, le célèbre coach avait appris en direct à la télévision française la mésaventure. Accoutré d’un look à la Michel Polnareff, Lucas était parvenu à maîtriser sa colère et même à afficher une sagesse instantanée.

Mais à Tokyo, le 6 août 2020, lorsqu’un autre de ses nageurs subit ce triste sort, son sang ne fait qu’un tour. Au coude-à-coude avec l’Allemand Wellbrock, Marc-Antoine Olivier pousse son effort jusqu’à l’arrivée. Il désire peut-être un peu trop la victoire, qu’il arrache non sans avoir mis quelques instants la tête de son rival sous l’eau.

Le clan français jubile. Alors que Philippe Lucas, torse nu, répond aux questions de la presse, la sentence tombe. Olivier est disqualifié, ce qui...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !